Chargement...

 

Actualités Hommage à Pierre Griffi

19 août 2020
Pierre Griffi
Pierre Griffi

Ce 18 août, c’était le 77ème anniversaire de la mort de Pierre Griffi, fusillé à Bastia après un jugement rendu par le Tribunal militaire italien deux jours auparavant. La cérémonie commémorative était placée sous la présidence de Mr Xavier Delarue, coordonnateur de la sécurité en Corse, représentant le préfet de Corse, préfet de la Corse-du-Sud. Antoine Poletti (ANACR 2A) a résumé ce que fut le périple corse du premier radio de la mission Pearl Harbour débarqué en Corse dans la crique de Topiti (au nord de Cargèse) le 14 décembre 1942. De son arrivée, jusqu’à son arrestation, de Marignana à Ajaccio en passant par Corte et Casalabriva, durant six mois, il a transmis 287 messages à Alger.

Pearl Harbour survivra malgré les graves coups que lui porte l’occupant italien (trois radios arrêtés pour ce seul mois de juin 1943). Deux autres missions, Sea Urchin commandée par Fred Scamaroni et Frederick commandée par Guy Verstraete, ont été liquidées deux mois seulement après leur arrivée en Corse. A l’hommage rendu à Pierre Griffi, il a été associé tous les martyrs des missions ; il y en eut neuf au total. Pour conclure, Antoine POLETTI s’est interrogé : « Qu’avons-nous fait de cet héritage, de ces valeurs léguées par la Résistance ? La société qui est la nôtre, sont-ils à la hauteur des espérances qui animaient le combat de la Résistance ? »
« Assurément, NON ! Les inégalités, l’oppression, le fanatisme religieux, les conflits ethniques, la faim, les guerres sévissent partout dans le monde. Ces fléaux contraignent, chaque année des millions d’hommes, de femmes et d’enfants à fuir la terre où ils vivaient pour trouver refuge ailleurs. Parfois loin de leur pays. Et se pose aujourd’hui, avec toujours plus d’acuité, l’usage immodéré que l’homme fait des ressources de la planète alors que celle-ci est déjà bien abîmée.. « Le temps de l’Apocalypse n’est plus, constatait Albert Camus après guerre. Nous sommes entrés dans celui de la médiocre organisation et des accommodements sans grandeur. Par sagesse et par goût pour le bonheur, il faut préférer celui-ci, bien qu’on sache qu’à force de médiocrité, on revienne aux apocalypses. »
« Certes, nous ne sommes pas aux apocalypses, bien heureusement. Mais il est grand temps que nous cessions d’avancer avec les yeux bandés. La xénophobie, le racisme et l’antisémitisme qui gangrènent nos sociétés sont révélateurs de ce mal-être. Et le terreau est propice pour les réécritures de l’histoire, propice aussi aux négationnistes qui ne baissent pas la garde. On lit, on entend en Corse de bienveillants commentaires sur l’irrédentisme et les irrédentistes qui auraient été poussés dans les bras de Mussolini par une France jacobine ; excusés donc ces irrédentistes ! On a même assisté, en septembre dernier, à Riga, en Lituanie, à une cérémonie rendant hommage aux Waffen SS lettons ; une cérémonie qui a reçu la bénédiction du Ministre de la Défense letton ; les Waffen SS sont, a-t-il dit : « la fierté [du] pays ». Ҫa se passe dans un pays de l’Union européenne. C’est préoccupant. Alors, à l’obstination du crime continuons de lui opposer celle du témoignage, si petit soit-il, comme ce soir. C’était le sens de cette cérémonie. »

Copyright ANACR 2A 2020   |   Administration