Menu

Le message brouillé de la Résistance

Quelques heures avant son exécution, le héros et martyr de la Résistance Jean Nicoli a écrit une lettre pour ses camarades emprisonnés dans des cellules voisines : "[…] Nous mourrons en Corses Français et le procureur du roi l'entendra de ses oreilles".

Cérémonie pour Michel BozziQue le procureur du roi d'Italie ne l'ait pas entendu soit, mais que ni le président de l'exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse, M. Siméoni, ni celui de l'assemblée de Corse, Talamoni,  ne l'ai entendu ... !
La gerbe que Gilles Siméoni fait déposer lors des cérémonie n'est pas barrée du traditionnel calicot bleu, blanc, rouge. Il est remplacé par un calicot blanc avec la tête de maure. Les premiers temps de son mandat, le calicot blanc était flanqué d'un petit nœud trois couleurs. Mais finies les concessions, c’est maintenant du pur corse. Nustrale.
Fi du serment de Bastia du 4 décembre 1938: " face au monde, de toute notre âme, sur nos gloires, sur nos tombes, sur nos berceaux, nous jurons de vivre et de mourir français.»
Fi du serment d'Ajaccio du 9 septembre 1943: " Devant nos morts de la guerre 1914-1918, devant nos héros et nos martyrs de la Résistance, nous faisons le serment solennel de faire de notre patrie une France libre, propre et heureuse". Et faut-il rappeler avec quelle ferveur fut commémoré le 30 novembre 1943 l'anniversaire du rattachement de la Corse à la France, le 30 novembre 1789 ? (Voir éditorial de septembre 2016)

Le président de l'Assemblée de Corse, M. Talamoni fait moins la valse hésitation. Pas d'état d'âme : les gerbes qu'il fait parfois  déposer lors des cérémonies n'ont jamais eu le moindre nœud tricolore. Le président est d'ailleurs rarement présent aux cérémonies et quand il y participe comme pour la cérémonie anniversaire du 30 août 2017 pour Michel Bozzi (photo ci-dessus) disons, par euphémisme, qu'il y porte peu d'intérêt.

Posté par antoine