Menu

L'hommage à Jean-Bpatiste Giorgetti

Sept décennies après qu'il ait été porté disparu, une association, le "Groupe de recherche des fusillés du bois de la Reulle" (10 km au nord de Toulouse) a pu identifier récemment un des quinze fusillés de l'été 1944 resté anonyme ; c'était Jean-Baptiste Giorgetti

Il était porté disparu jusqu'à ce que les membres de cette association réussissent à identifier son corps à partir des restes enterrés dans une fosse commune, sur le lieu de son exécution. Une véritable enquête des membres de l'association qui les a menés finalement jusqu'à son fils et à Venaco son village natal.

La commune tenait à saluer l'évènement. Avec Raoul PIOLI, second Vice-président du Conseil départemental pour les anciens combattants et la mémoire de la Nation, avec Antoine POLETTI, officier, ancien pilote de l'armée de l'air, la commune a donc organisé, le 21 octobre dernier, une cérémonie pour un hommage posthume à Jean-Baptiste Giorgetti, héros et martyr de la Résistance.

En présence du fils de J.-B.Giorgetti, des membres de l'association de Hautge-Garonne et des autorités civiles et militaires, le maire de Venacu, Michel Mezzardi, a fait l'éloge de l'enfant du village. […] "Il retrouve sa place aux côtés de sa famille, de ses amis, de ses autres frères d'armes qui ont, eux aussi, pour faire barrage à la folie des hommes, payé de leur vie." S'adressant à Jean-Marie, le fils de Jean-Baptiste, il a dit notre dette pour ces combattants à qui nous devons de vivre libre.

"Je suis d'autant plus [ému] a dit le maire, lorsque je pense à Jean-Marie, le fils de Jean-Baptiste. "Jean-Marie, je sais que ce moment que nous partageons ensemble ne te rendra pas l'enfance que tout fils est en droit d'attendre. J'en suis profondément navré. Je suis d'autant plus triste que le sacrifice et l'héroïsme de ton père nous permettent à nous Venacais à tous les Corses et aux immuables patriotes que nous resterons, d'éprouver tant de fierté alors que dans le même temps tu as été privé de tellement !  "Merci pour nous tous!  Merci pour notre village!  Merci pour notre Corse! Merci pour la France! Merci pour l'Europe!

Après avoir salué le courage et l'abnégation des femmes de cette génération qui ont entouré la Résistance de sa bienveillance, voire de sa complicité, il a remercié les membres présents du "Groupe de recherche des fusillés du bois de la Reulle" et a conclu : "Je voudrais enfin rajouter une dernière chose me tenant à cœur. J'aimerais rappeler les horizons  lointains  dont  étaient  issus  les combattants de la liberté. Sans jamais se soucier de leurs couleurs de peaux, sans se préoccuper des croyances religieuses des uns  et des autres, sans chercher à dénaturer les engagements politiques de leurs  frères, ils ont fait cause commune pour replacer l'humanité au centre de la vie. En Corse, ces combattants, et c'est un véritable fait historique, ont décidé de leur plein gré de quitter leur île, par esprit patriotique, pour que la France recouvre  la Liberté! Oublier le sacrifice de nos aïeux au prétexte que les temps ont changé revient selon moi, oublier les valeurs qu'ils nous ont léguées. Je crois même que c'est faire offense à leurs  mémoires que de vouloir tourner le dos  à l'unité de notre Pays!"

Après le discours du maire, c'est à Jean Fabiani, président régional de la fédération des anciens combattants 39-45, TOE et AFN qu'il revenait de retracer la vie et la mort héroïque de J-B Giorgetti pour le nombreux public rassemblé au monument aux morts.

Posté par antoine