Menu

Hommage à Jeannot Pandolfi

Pour les cérémonies de la Libération en octobre dernier, la commune de Levie, citée à l'ordre de l'armée comportant la croix de guerre avec palme, Levie avait donc eu l'honneur de la visite présidentielle pour un hommage à toute la Résistance de l'Alta Rocca. Mais c'est un hommage particulier pour une figure emblématique de cette Résistance -le jeune héros Jean-Paul Pandolfi (dit Jeannot) - qui tenait à cœur de ceux-là mêmes qui avaient organisé la visite présidentielle : entre autres, Marius Giudicelli et Jean-Noël Aïqui. C'est chose faite depuis vendredi 6 juin ; une plaque rappelant le souvenir de Jeannot Pandolfi à été apposée sur le mur à l'entrée du collège.

recueillement jeunesseLe Maire de Levie, Napoléon De Peretti et le directeur de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de guerre de la Corse-du-Sud, Jacques Vergellati, ainsi que les organisateurs avaient convié, ce vendredi 6 juin, la population pour le dévoilement de la plaque qui dorénavant en rappelle le souvenir et avec lui le souvenir des combats de Lévie. Pour la circonstance, les associations patriotiques avec leurs porte-drapeaux, les enseignants du collège et leurs élèves, étaient eux aussi de la cérémonie. Et c'est même prioritairement la jeunesse à qui était dédiée la journée : la jeunesse résistante -celle de 1943- en la personne de Jeannot Pandolfi, et la jeunesse d'aujourd'hui à qui le maire de Levie s'est adressé pour conclure son discours :
"Quand nous sommes réunis comme aujourd'hui pour commémorer le sacrifice d'un jeune, nous apprécions particulièrement les fruits de cette paix " construite après guerre." Jeunes d'aujourd'hui vous vivez dans un monde apaisé où le enjeux d'avenir se posent en termes d'emplois, de pouvoir d'achat ; en Corse, en termes de développement économique et de promotion d'identité. (...).Jeunesse de l'Alta Rocca, l'avenir de notre territoire est aussi ton avenir."

plaque Jeannot PandolfiA son tour, le Directeur de l'O.N.A.C. de la Corse-du-Sud, Jacques Vergellati, qui représentait le préfet de Corse, préfet de la Corse-du-Sud, Christophe Mirmand, a remercié tous ceux qui concourent au souvenir de ce glorieux passé de l'Alta Rocca et insisté lui aussi sur la nécessité de la transmission des valeurs de la Résistance auprès des jeunes : "Par la pose de cette plaque, le jour même des célébrations du 70ème anniversaire du débarquement de Normandie, c’est tout un pan de l’Histoire de France et de l’Histoire de la Corse que nous commémorons, et, à ce titre, la question de la transmission de la mémoire est fondamentale. Une des missions de l’ONAC, en collaboration avec les services de l’Education nationale et les associations patriotiques ou mémorielles, est d’expliquer aux jeunes générations que ce devoir qui consiste à entretenir le souvenir des souffrances subies n’a rien d’un message morbide. Car c’est la connaissance des atrocités perpétrées et endurées par les hommes qui doit permettre de ne pas les reproduire, toute action patrimoniale, culturelle ou commémorative liée au devoir de mémoire faisant au contraire partie d’une démarche pédagogique synonyme d’espoir et de fraternité" (...).
"Au delà du simple souvenir et de l’émotion, les cérémonies commémoratives sont un de ces vecteurs qui font vivre le passé afin de ne pas oublier que des hommes et des femmes, en des temps bien plus difficiles, se sont battus pour sauvegarder leur dignité, le droit de penser et notre démocratie… Et défendre les principes fondamentaux de la République, jusqu’à donner leur vie, comme l’a fait Jean-Paul Pandolfi arraché à l’affection des siens alors qu’il n’avait pas 17 ans."

A.P.
Posté par antoine