Menu

Cérémonie pour A. Giusti et J.Mondoloni

La fusillade du 17 juin au cours de laquelle André Giusti et Jules Mondoloni sont morts sous le feu de l'ennemi, est chaque année commémorée là où était la Brasserie Nouvelle à Ajaccio et à Santa Maria Sicchè et Pitretu-Bicchisgià, les villages des deux héros et martyrs de la Résistance

Giusti_Mondoloni_17_06_14.gifDimanche 15 juin, la fusillade de la Brasserie Nouvelle et la mort de Giusti et Mondoloni étaient commémorées à Santa Maria Sicchè au cimetière du village. Le discours de Mme Hélène Giacomoni, a été suivi du dépôt de gerbes sur la tombe d'André Gisuti par Mme Jacqueline Wroblewski présidente de l'ANACR 2A, M. Dominique Bucchini président de l'Assemblée de Corse et M. Paul Antona. Après la cérémonie, rendez-vous était donné à la population dans une salle de la mairie pour assister à la projection du film "Faire face" et partager le "pot de l'amitié" en chansons : celles du répertoire de Michel Solinas, notamment la chanson de sa composition dédiée à André Giusti.

Le 17 juin, à Petreto-Bicchisgià, la cérémonie avait lieu sur la place qui porte le nom de Jules Mondoloni, enfant du village. Elle était présidée par M. Dominique Bucchini président de l'assemblée de Corse, M. Ettori représentant le maire et son Conseil municipal et M. Alain Bungelmi représentant l'ANACR 2A. Les associations d'Anciens combattants étaient représentées par MM Casanova de Petreto-Bicchisgià et Claus de Sartène. Le dépôt de gerbe -celle de l'ANACR 2A par Mlle Thérèse Taffanelli, Résistante - a été suivi de la traditionnelle minute de silence et des chant patriotiques.

Ce même 17 juin, les Ajacciens étaient appelés à se rassembler sur le cours Napoléon, à l'emplacement de la Brasserie Nouvelle, pour la cérémonie commémorant la fusillade et la mort de Giusti et Mondoloni. Hélène Giacomoni, au nom de l'ANACR 2A, après avoir brièvement relaté les tragiques évènements de ce 17 juin, a conclu son allocution par la nécessité de perpétuer le souvenir de la Résistance : "Notre devoir est de transmettre cet héritage due la Résistance aux jeunes générations, et pas seulement elles d’ailleurs, qui ignorant leur passé, deviendraient des proies faciles pour ceux qui n'ont que la haine et la violence à leur proposer comme remède. Oui! Notre devoir de mémoire est de leur faire connaître le sacrifice de ces femmes, de ces hommes, de ces héros connus ou inconnus qui ont agi par pur patriotisme et idéal de liberté, pour que la Corse reste française ; dans une France rénovée et un monde en paix. Nous ne les oublions pas. Par reconnaissance ; parce qu’ils ont lavé, au prix de leur vie parfois, la honte de la collaboration des vichystes ; parce qu’ils nous ont redonné notre liberté et notre dignité ; parce qu’ils ont permis à la France de retrouver sa souveraineté.

Posté par antoine