Menu

74ème anniversaire de la mort de Fred Scamaroni

19 mars 1943 - 19 mars 2017. La cérémonie commémorant la mort de Fred Scamaroni était présidée par M. Bernard Schmeltz, préfet de la Corse, préfet de la Corse-du-Sud. Cette cérémonie, même si c'était un dimanche comme cette année, rassemble toujours autant de monde au pied du monument érigé à la gloire du héros.

Cérémonie Fred Scamaroni19 mars 1943 - 19 mars 2017. La cérémonie commémorant la mort de Fred Scamaroni était présidée par M. Bernard Schmeltz, préfet de la Corse, préfet de la Corse-du-Sud. Cette cérémonie, même si c'était un dimanche comme cette année, rassemble toujours autant de monde au pied du monument érigé à la gloire du héros. Avant les traditionnels dépôts de gerbes et les hymnes, c'est Hélène Giacomoni de l'ANACR 2A qui a prononcé l'allocution pour rendre hommage à Fred Scamaroni en saluant particulièrement sa courageuse décision de s'évader dans la mort, achevant ainsi une vie courte - il avait 29 ans - mais exemplaire.  Elle devait notamment déclarer :

"Comme l'a dit le général de Gaulle, évoquant d’autres circonstances semblables : « Il y a là, disait-il, des minutes qui dépassent chacune de nos pauvres vies ». […]L’homme, évidemment, n’avait pas peur de la mort. Il a eu sans doute peur d’être détruit par la torture et de ne plus être lui-même. Dans ces minutes où l’incertitude n’a d’égal que sa lucidité tragique, il se donne la mort. Une mort acceptée, préparée, accomplie. Une mort qui tardera longtemps à venir. Une mort décidée par une tragique lucidité qui atteint le sublime. Il n’y a rien au-dessus de cette forme de courage, rien au-dessus de cette forme d’héroïsme. Et pourtant, un seul mot et l’homme aurait pu vivre. Mais pour Fred SCAMARONI, c’est l’honneur avant la vie. Dans la nuit de son cachot, dans cette nuit du 19 mars 1943, Fred SCAMARONI peut dire ce que disait le martyr devant le tyran : « Ma nuit n’a pas d’ombre ».
"Dans notre monde secoué d’intolérance, d’intégrisme et d’atrocités, comment oublier que le fascisme peut encore ressurgir de la fureur des fanatismes, comment empêcher qu’affluent à la porte de notre mémoire, l’horreur des camps de la mort et le souvenir atroce des geôliers transformés en bêtes féroces qui avaient perdu le plus élémentaire des sentiments humains."
[…] L’histoire de Fred SCAMARONI c’est une des ces histoires vraies qui font date. C’est l’histoire des  combattants de la liberté qui sont de tous les temps et de tous les cieux. […]C’est pourquoi il y a dans l’exemple de Fred SCAMARONI, il y a dans le sacrifice des martyrs de la Résistance, il y a dans le message qu’ils ont écrit de leur sang, il y a et il y aura toujours une part d’éternité.

VIVE LA CORSE DANS LA RÉPUBLIQUE ! VIVE LA FRANCE ! "

Posté par antoine