Menu

Jean L'HERMINIER

Né(e) à Fort-de-France (France, Martinique), le 25 Janvier 1902 - Décédé(e) à Paris (France, Paris(75)), le 7 juin 1953

A l'épopée du sous-marin Casabianca est attaché le nom de L'Herminier, son commandant. Parmi les exploits accomplis par L'Herminier et son équipage, sept d'entre eux ont été dédiés à la Résistance corse de décembre 1942 à septembre 1943.

La mer et l'outre-mer

Sa mère est issue d'une famille originaire de Bretagne, établie à l'île de la Réunion au début du 19ème siècle et dont les aïeux étaient des "planteurs". Son père est né à la Guadeloupe. Il est médecin, comme l'était aussi son grand-père.  Son père était médecin militaire de la Royale, plus précisément de la Coloniale de la Royale. Après leur mariage à Brest, ses parents s'établissent à la Martinique. Jean y nait le 25 janvier 1902 après sa sœur Marthe. Quelques mois après l'éruption de la Montagne Pelée qui fit 30.000 morts environ en mai 1902, la famille rejoint provisoirement la France puis l'Afrique, puis la Nouvelle-Calédonie. Sa mère y décède, à 28 ans, des suites de l'accouchement de sa sœur Jeanne. Jean n'a que 6 ans. Après quoi, le père confie les trois enfants à la sœur de son épouse qui vit en Bretagne. Jean L'Herminier grandit au sein de cette famille maternelle où tous les hommes , peu ou prou, se destinent à la marine : un oncle est professeur à l'école navale à Brest, deux cousins la fréquentent. Les loisirs en mer et les lectures - l'inévitable "20.000 lieues sous les mers"- nourrissent les rêves du jeune garçon et le destine toujours plus au métier de marin, sa vocation.

Une scolarité mouvementée

Au collège Bon Secours des jésuites de Jersey où il est interne, il obtient de bonnes notes mais fait preuve d'un esprit indépendant et ses traits d'humour, parfois caustiques, ne sont pas toujours appréciés. Il est turbulent c'est vrai mais son renvoi de l'établissement est injustifié. Son père l'en consolera et l'inscrira au lycée de Brest. Puis il le prend sous sa garde à Paris où il réside et l'inscrit au Lycée Stanislas avant qu'il ne retourne en Bretagne, au lycée Saint-Charles de Saint-Brieuc, en classe de première. Mars 1918, le deuil frappe encore : après sa mère, puis un cousin mort en 1914 à la guerre, c'est Marthe, son aînée qui décède d'une typhoïde. Il échoue au concours d'entrée à l'Ecole navale de Brest ("La baille"). Il retourne alors chez son père à Paris et fréquente le lycée Saint-Louis. A 19 ans, il réussit à son concours d'entrée à 'La baille".

L' apprentissage et la formation

L'Herminier dans le kiosque du CasabiancaSon apprentissage dure trois ans : 1921, 1922, 1923. C'est un dur régime : du branle-bas du matin à celui du soir se succèdent les cours et les exercices pratiques faits de séances d'embarcation, maniement des armes. Et en prime, il droit aux bizutages et aux brimades réservés aux "fistots". Il sort 13ème de sa promotion et entame le rituel tour du monde des jeunes promus sur le Jeanne d'Arc où il est en compagnie de Honoré d'Estienne d'Orves. l'Herminier, marin consciencieux ne s'interdit pas quelques plaisanteries de potache (ou de mataf, au choix) et pour avoir fait le pari -gagné- de s'adresser à un consul: "Monsieur le Con...sul", il écopera de 15 jours d'arrêt.

Sa carrière continue sur le Michelet, en Chine, au Japon et en Corée. Fin février 1927, il rejoint la France mais après un voyage qui dure un mois il ne peut pas débarquer à Marseille tant qu'il n'a pas réglé ses dettes au barman. C'est son père qui acquittera la somme due pour le "délivrer". Il a acquis son grade d'enseigne de vaisseau et se spécialise à l'Ecole de navigation sous-marine durant l'hiver 1927-1928. Aussitôt après, il embarque sur Le Souffleur. Il continue sa formation à l'Ecole des officiers torpilleurs et embarque sur le torpilleur Le Foudroyant.

Toutes les qualités pour commander.

En septembre 1931, à 29 ans, le lieutenant de vaisseau (l'équivalent de capitaine) L'Herminier embarque comme second du Persée, un sous-marin à peine sorti des chantiers navals. Il est apprécié par ses supérieurs parce qu'il a le "soutien moral de ses subordonnés" parce que c'est "un chef (...), un bricoleur", un homme "très prévoyant" et qui a des "dons d'instructeur incomparables" ; un chef consciencieux mais qui -c'est lui qui le dit- a "horreur des gens qui ont le devoir triste". De toutes ces qualités, il en fera la démonstration lors de l'explosion d'un moteur du Persée qui fera cinq morts et une trentaine de blessés ; malgré ses blessures, il accomplira avec abnégation à l'évacuation des rescapés.

Octobre 1934, à 32 ans, on lui confie le commandement de l'Orphée, un sous-marin de 600 tonnes. En 1936, il embarque sur sous-marin, Le Morse, qui jauge 1.500 tonnes. Printemps 1939, il est responsable de l'équipement électrique (...et du carré des officiers) du Montcalm, un croiseur tout neuf de 7.500 tonnes. Durant "la drôle de guerre", au tournant des années 39-40, le croiseur est engagé pour les combats contre l'Allemagne dans les mers du Nord et de la Baltique, le lieutenant de vaisseau L'Herminier est promu capitaine de corvette.

A Dakar, face au F.F.L.

Juin 1940, la France est vaincue et sa flotte devient un enjeu pour ce qui est devenu un face à face Allemagne-Angleterre : qui des deux servira-t-elle ? Les Anglais doute de sa neutralité proclamée officiellement par l'armistice et attaque le flotte française stationnée à Mers-El-Kebir (Algérie) le 4 juillet 1940 ; un drame que les marins français imputent à l'Angleterre. En septembre, une escadre franco-britannique, avec à son bord le général de Gaulle, se présente devant Dakar pour demander au gouverneur Boisson le ralliement de l' A.O.F. à la France Libre, il s'ensuit un affrontement auquel le Montcalm (avec L'Herminier à bord) participe. Sur la flotte franco-britannique, en face, sont présents Honoré d'Estienne d'Orves avec qui il avait navigué sur le Jeanne d'Arc et ... Fred Scamaroni, héros de la Résistance qui mourra héroïquement le 19 mars 1943. Et autre clin d'œil de l'histoire : dans ce même port de Dakar, en ce mois de septembre se morfond sur son navire de commerce immobilisé par la guerre, Guy Verstraete qui commandera en 1943 la mission Frédérick débarquée à Cupabia et qui sera fusillé par les fascistes italiens.

Toulon. Se préparer au pire.

L'Herminier au périscopeLe 9 novembre 1940, L'Herminier commande le Sidi Ferruch (1) , un sous-marin de 1.500 tonnes. Mars 1942, premiers symptômes de l'artérite qui l'emportera. Il est hospitalisé à Toulon et voit partir à regret son navire pour Madagascar. Mais dès avril, on lui confie le Casabianca qui est en rade à Toulon où il est comme "assigné à résidence". Seuls lui sont permis quelques sorties dans la rade de Toulon, sous contrôle de la Commission d'armistice italienne. Pour le dissuader de fuir Toulon, le sous-marin a été neutralisé et privé de quelques pièces indispensables à la navigation. En outre, il ne peut disposer que d'une faible réserve en carburant, 15 tonnes maximum, mais l'équipage réussira à tricher et en stocker 85 tonnes. L'équipage a même réussi à démagnétiser le sous-marin pour éviter les mines ennemies qui bordent la rade de Toulon.

Après le débarquement des Anglo-Saxons en Afrique du Nord, les forces de l'Axe occupent tout le sud du pays. Les Allemands sont maintenant présents à Toulon et l'illusoire neutralité de la flotte française, qui aurait pu rejoindre les Alliés quand il était encore temps, fait long feu et conduit l'Amirauté à saborder la flotte qui est en rade à Toulon.

Echapper au sabordage. Fuir Toulon

Le 27 novembre à 5 heures, l'ordre de sabordage est donné. Le sous-marin est paré pour la fuite... sauf que le timonier a oublié d'ôter le manchon qui protège l'orifice de la tête du périscope. tant pis, on sortira avec ! Pour sortir de la rade il faut éviter les mines, se protéger des bombardements aériens et terrestres et passer un filet sous-marin qui barre la sortie. A 6 heures, le sous-marin est parvenu à prendre le large et se tient par 40 mètres de fond en attendant, durant 24 heures, l'arrivée éventuelle d'autres fuyards. (2). Ne voyant rien venir, il prend le large.

Le 28 novembre, à 2 heures du matin, le Casabianca met le cap au sud. Le 29, à 3 heures il est au large des Baléares. Et après quelques hésitations, l'équipage décide de continuer vers Alger. Le 30 novembre à 7 heures, le sous-marin s'y présente. Après les vérifications d'usage, il fait son entrée triomphale dans la baie d'Alger et y est amarré à 9 heures 45. Aussitôt arrivé, L' Herminier se met à la disposition de l'Amirauté française pour effectuer des missions sur les côtes françaises en Méditerranée. Parmi ces missions, celles pour la Corse : de décembre 1942 à septembre 1943, Le sous-marin se rendra sept fois en Corse.

Missions en Corse

La première fois par une nuit d'hiver, en décembre 1942, pour y débarquer clandestinement sur la côte corse la mission Pearl Harbour -quatre hommes chargés d'établir le contact avec la Résistance afin de renseigner l'état-major d' Alger sur les forces ennemies présente dans l'île. Pas de Résistants pour les accueillir ; et pour cause : ils n'ont pas été prévenus. Et comment le seraient-ils puisqu'ils ne dispose d'aucun moyen de communication. Par chance, le dysfonctionnement des appareils de navigation les ont fait arriver à côté de l'endroit prévu, la baie de Chjuni très surveillée par l'occupant.

La dernière fois par une belle nuit de septembre 1943, pour inaugurer l'envoi des troupes de l'armée française de libération. L'arrivée à Ajaccio est saluée par une foule en délire qui accueille le Casa sous les vivats, avec des salves des fusils et une vibrante "Marseillaise".

Entre ces deux dates cinq autres approches clandestines des côtes corses amenant hommes, postes radio, armes et munitions -70 tonnes.

Epilogue

L'Herminier sur son lit d'hôpitalAtteint depuis de longs mois par l'artérite, ses médecins avaient demandé en vain à L'Herminier de quitter le sous-marin et de se faire opérer. Il avait promis que sa dernière mission en Corse accomplie, il quitterait le sous-marin. En attendant, pour surmonter les souffrances de ces derniers mois il subissait piqure sur piqure de cocaïne et quand il était à bord shaussait des pantoufles. Fin octobre, la gangrène ayant atteint les deux jambes, il faut les amputer. Son pronostic vital est engagé. Le 27 octobre, le curé est appelé pour lui donner l'extrême onction et comme sa fiancée, Magdeleine de Camas, est présente L' Herminier lui demande de les marier. Le curé après avoir refusé dans un premier temps, parce que c'est enfreindre les règles de l' Eglise, accepte finalement ce mariage in articolo mortis. (3)

Sur son lit d'hôpital, le 12 décembre, il reçoit sa cravate de Commandeur de la Légion d'honneur des mains du général de Gaulle. avant la cérémonie, il a reçu deux piqures de morphine. Après la cérémonie, il confessera : "J'aurai préféré que ce soit Giraud" [plutôt que De Gaulle]. L'Herminier est amené à Philadelphie (USA) en juillet 1944. Début 1945, on commence à lui installer des prothèses. En tout, depuis l'amputation, il restera alité pendant un an et demi. A la fin de la guerre, il aura la joie de retrouver sa sœur et sa belle mère qui avaient été internée dans un camp en Allemagne. Le 11 avril 1946, Donovan, l'ancien chef de l' O.S.S. (service secret des USA), lui remet "la Legion of merit". L' Herminier décède le 7 juin 1953 ; une distinction supplémentaire parmi les nombreuses qu'il reçut.

 

SOURCES :
"Jean L 'Herminier". Commandant Blanchard. Ed. France-Empire
 "Casabianca". Commandant L'Herminier. Ed. France-Empire
 "Entre ciel et mer". Commandant L'Herminier. Ed. France-Empire
 "Flottilles secrètes". Sir Brooks Richards. MDV Maîtres du Vent - La Falaise (78)

NOTES
(1) Le sous-marin sera coulé lors du débarquement des Alliés à Alger, en novembre 1942.
(2) En tout, ce sont 5 sous-marins qui parviendront à fuir :
(3) Jean L'Heminier est croyant et pratiquant ; il se confesse tous les premiers vendredi du mois.

LIENS :
1) Un film de Georges Péclet, sorti en 1951 , retrace l'épopée, un peu romancée, du Casabianca. Partie1, Partie2,
2)Témoignage du sous-marinier Cardo
3) Alta Frequenza 1ère partie. Alta Frequenza 2ème partie

 

Antoine POLETTI
Posté par antoine