Menu

1942-1943. Algérie et Corse. Destins croisés.

L'imbroglio politique créé à Alger par les Anglo-Américains après qu'ils aient pris pied en Afrique du Nord, ne sera dénoué qu'à l'issue de la libération de la Corse; le Gl de Gaulle, intransigeant sur la souveraineté de la France, tirera argument de l'insurrection libératrice corse - qu'il n'avait pourtant pas voulue - afin d'éliminer le Gl Giraud, le protégé des Alliés, à qui il reprochera d'avoir armé, à son insu, la résistance insulaire dirigée presque exclusivement par le Front national. d'obédience communiste.

La position de la Corse entre la France et le Maghreb a fait d’elle à l’échelle historique une étape intermédiaire, un jalon entre les deux rives de la Méditerranée. Aux temps modernes, aux origines de l’implantation coloniale en Algérie, les Corses de Marseille, originaires du Cap corse, les Lenche et les Sanson Napollon, furent les agents des premières liaisons commerciales et de l’exploitation des ressources, en corail initialement, de cette rive sud, point de rencontre entre barbaresques et premiers entrepreneurs de colonisation. Au XIXème et au XXème siècle, alors que ces relations entre le Nord et le Sud se renforcent  avec la conquête de l’Algérie et l’affirmation de la présence de la France dans les pays du Maghreb, en attendant l’âge d’or de l’empire français, les insulaires se taillèrent une place particulière comme agents et acteurs de cette expansion.

Plus proche de nous, au-delà des années 1940 et de la contribution décisive des forces armées venues d’Alger pour prêter main forte aux patriotes locaux et faire de la Corse le premier département français libéré, un nombre non négligeable d’insulaires, pour des raisons d’affinité parentale ou idéologique, mêlèrent leurs voix à celles des pieds-noirs partisans de l’Algérie française. Les plus en vue allaient être impliqués dans le putsch avorté d’Alger de 1958 et dans l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle rappelé de sa retraite de Colombey-les-Deux-Eglises, On se souvient que ce fut de la préfecture d’Ajaccio que s’emparèrent les insurgés avec l’intention d’en faire une base d’intervention sur le continent[1]. Les mêmes affinités se retrouvent dans le mouvement de l’ O.A.S. Autant de réalités récentes qui ont marqué les esprits et contribué à ancrer l’image d’étroites solidarités entre Corse et Algérie. Entretemps, jusqu’à la fin des années 50 du XXème siècle, l’importance numérique et économique de la colonie corse du Maroc et de Tunisie s’était accrue et les insulaires tenaient une place déterminante dans ces pays d’obédience française.

            La récurrence et l’intensité  de ces liens historiques nous ont amené à rouvrir le dossier des destins croisés entre les deux pays au temps de la Seconde Guerre mondiale où des épisodes tels que la mission Pearl Harbour et l’épopée du sous-marin Casabianca semblent s’inscrire sur le même registre. Encore convient-il d’y regarder de plus près, ce qui est rendu possible par des travaux historiques relativement récents consacrés à l’Algérie au temps du régime de Vichy[2]. Nos impressions nous éloignent alors quelque peu du concept de destins croisés et renvoient à deux entités qui n’ont pas les mêmes intérêts à défendre. Le constat portant sur la période est connoté par des situations structurellement, institutionnellement, socialement et démographiquement différentes nées d’un statut de colonie ou de protectorat qui différencie les pays du Maghreb de la Corse, département français à part entière ; la division de l'Algérie en trois départements n’y change rien quant au fond : il s’agit d’une colonie avec des colonisés et des colonisateurs qui ne vivent pas ce qui se passe en France en 1940 de manière univoque ou comparable à ce qui s’exprime en Corse ou ailleurs sur le continent  au même moment.

En Algérie au temps de Vichy

            La plupart des historiens, dans leurs travaux consacrés à l’Algérie de cette époque, s’accordent pour mettre l’accent sur les particularités de comportement dès l’installation du nouveau régime sous l’autorité du  maréchal Pétain. L’absence d’homogénéité du peuplement en est la cause essentielle. A la différence des colons ou descendants de colons français, à priori plus concernés par les événements, les populations indigènes, sous statut particulier et ne jouissant pas des mêmes droits que les citoyens français, se signalent par une expectative prudente, soucieuses avant tout de voir leur condition s’améliorer à la faveur de l’instabilité politique. Certes, quelques-uns basculent d’emblée dans le camp des vainqueurs dont ils font le jeu ; reste que, sans aller jusque-là et tout en demeurant soumis aux nouvelles autorités françaises, la majorité ne manifeste aucun zèle pour soutenir le régime déchu par suite de la débâcle, d’autant que l’important mouvement de repli au Maghreb des forces armées et d’une partie de l’administration vichyste a un effet dissuasif à l’égard de toute forme de contestation et que les Forces Françaises Libres, a peine naissantes et lointaines, vont être particulièrement jugulées par le nouveau pouvoir en place. C’est par ailleurs au sein de la population indigène que dominait le plus un sentiment d’indifférence, s’agissant de populations pauvres, avant tout préoccupées par leurs conditions de vie, disons même de survie,  comme l’a évoqué Albert Camus à propos de  la Kabylie[3].

            Tandis que le régime de Pétain s'installe en toute quiétude en Algérie, prolongement naturel de la métropole, les logiques d'exclusion ne tardent pas à s’y manifester comme un passage obligé de l'unification et de la révolution nationale, La persécution des Juifs et, à un degré moindre, d'autres catégories de population (communistes, francs-maçons et groupements divers hostiles au nouveau régime) ne se fait pas attendre et s’y exprime de manière brutale.  C’est ainsi que le décret Crémieux de 1870, qui avait accordé la nationalité française aux Juifs d'Algérie, est aboli. Le caractère particulier et précoce de cette mesure de déchéance de la nationalité affectait une catégorie sociale largement représentée en Algérie. La question juive revêtait ici une dimension particulière et réveillait des clivages anciens.

            Quant à la communauté française non-juive, descendante de colons venus de France ou d’étrangers naturalisés (notamment d’origine  italienne ou  espagnole), les différents témoins ou historiens de la période s’appliquent à noter qu’elle fut loin d’être à la pointe de la remise en question du nouveau pouvoir. Paul Ruff, un universitaire israélite qui fut l’un des acteurs le plus en vue de la résistance en Algérie écrit des pieds-noirs en général : « Ils se signalèrent par un  patriotisme incontestable au service du Maréchal plutôt que dans une résistance demeurée à peu près invisible.»[4] De nombreux autres témoignages vont dans le même sens. Plusieurs mettent l’accent sur le fait que ce qui se passait en métropole, disons l’invasion allemande et l’effondrement du régime, fut ressenti de manière très amortie en raison de l’éloignement et d’un manque d’informations précises, ce qui, notons-le en passant, ne fut pas le cas de la Corse directement sensibilisée et menacée par la revendication irrédentiste italienne. Dans un passage de La Colline Oubliée, Mouloud Mammeri  raconte : "Nous n'avions ni le loisir ni le goût de lire les journaux et ce fut des civils que nous apprîmes les étapes de l'avance allemande. Nous admirions l'efficacité de la ligne Maginot quand elle était déjà tournée, nous nous révoltions avec notre informateur de la félonie des Belges quand les Allemands étaient en France et plaignions Amiens au moment où déjà Paris capitulait.» La propagande vichyssoise largement répandue en Algérie a fait le reste  et l’anglophobie y fut systématiquement entretenue par les autorités au lendemain surtout de l’épisode de Mers El-Kebir aggravé par les interventions britanniques en Moyen Orient dans des zones considérées comme chasse gardée de la France. Car une autre raison fondamentale d’une certaine distanciation à l’égard de ce qui se passait en France était qu’au Maghreb on était plus sensible à la conservation de l’intégralité de l’empire en Afrique qu’à ce qui se passait au cœur de la mère-patrie et qu’apparemment le régime de Vichy donnait des gages de ce point de vue. Moins spécifique est le fait du culte de la personnalité du maréchal Pétain qui était omniprésent, et l’influence de la presse locale -La Dépêche algérienne ou L'Écho d'Alger- entièrement acquise aux préceptes de la Révolution nationale. Les mêmes observateurs ont relevé la présence particulièrement active sur ce territoire de la Légion des Combattants qui contribua à encadrer et à façonner  l’opinion publique, comme on le voit dans cette adresse faite aux anciens de 14-18 leur enjoignant « de constituer partout et dans chaque village des groupes décidés à faire respecter et exécuter les sages conseils de leur chef de Verdun et de  18.» La pression et la surveillance exercées par cette institution typiquement vichyssoise sur l’opinion publique n’est pas comparable avec ce qui se passait en Corse au sein de la Légion des Combattants du colonel Mondielli.

            La Résistance - ou pour mieux dire, les résistances - à Alger avant le débarquement des Alliés ? "Un grand désordre de courage"[5]. Evoquons le témoignage d’Honoré Gévaudan, alors policier à Alger, suivant lequel, avant le débarquement des Alliés, « Alger vivait à l'écart de l'univers, la guerre l'effleurait à peine. Les Allemands ? On en parlait mais ça n'allait pas loin. On écoutait la radio, parfois la B.B.C., mais comme ça, pour voir. Il y avait à Vichy un gouvernement qui ne jurait que par "l'Empire", qui tenait les Arabes et qui n'aimait pas les Juifs. (...) On écoutait les vacarmes du monde. On les éprouvait peu. »[6] 

            Après l’opération Torch et le débarquement des Alliés, les choses ne semblent pas avoir tellement changé. L’esprit de Vichy perdure. En décembre 1942 on passe de Darlan à Giraud sans que les mesures répressives et iniques ne soient modifiées. La législation anti-juive -dont la  suppression du décret Crémieux- tarde à être abolie et les camps d’internement continuent à retenir enfermés les opposants au régime. Le général Giraud jouit d'un grand prestige parmi la population française d'Algérie : il a fait la guerre du Rif avec Lyautey, il a "pacifié" l'A.F.N. et a même reçu la reddition d'Abd-el-Krim.  Pour la période récente, il s'est évadé de sa prison d'Allemagne et on ne lui fait pas grief en général d’avoir aussitôt fait acte d'allégeance à Pétain et de continuer à voir d’un mauvais œil la présence de Juifs dans l’armée, ce qui ne manque pas en revanche d’irriter les résistants de l’insurrection du 7 novembre dont certains même furent incarcérés sous prétexte d’avoir joué un rôle dans l’assassinat de Darlan. Pour d’autres Français d’Algérie, Giraud a pu sauver la face et donner lieu à ce qu’on a appelé un giraudisme résistant du fait que ses velléités vichystes et son adhésion à l’idéologie de la révolution nationale n’ont en rien entamé sa détermination à se battre contre l’ennemi extérieur, fidèle à sa devise « un seul but la victoire ! »  C’est  ce qui explique la collaboration étroite qui s’est établie, en Corse même, entre les envoyés de Giraud et les représentants du Front National, pourtant en majorité des communistes. Ils ne  connaissaient Giraud que sous cet angle du soldat déterminé à chasser l’ennemi du sol français et ils avaient tout lieu d’être satisfaits de l’aide qui, venue d’Alger, était plus efficace que celle qu’ils pouvaient espérer en provenance de Londres. Inversement, De Gaulle n'avait manifestement  pas la côte en Algérie. Kenneth Pendar, un des principaux collaborateurs du consul Murphy, parle même de « la violence des sentiments anti-gaullistes. » C’est bel et bien Giraud qui aura été le principal intercesseur des destins croisés entre le Maghreb et la Corse à partir de décembre 1942, moment du lancement de l’opération Pearl Harbour, jusqu’à  septembre 1943, date de la libération de l’île.

Corses, pieds-noirs et résistance

Il convient pourtant de faire une place particulière aux propos tenus dans les amicales des Corses d’Afrique du Nord où s’expriment régulièrement des lamentations sur le sort de la l’île qui subit le joug de l’occupant, l’attachement envers la Patrie, la République et, à partir surtout du printemps 1943, au général de Gaulle, Ces manifestations patriotiques sont le plus souvent canalisées par des notables, des élus plutôt d’obédience d’un  radicalisme bon teint. Citons ainsi en note des extraits exprimés sous forme de motion du discours du président Carlotti lors de la réunion des Corses qui se tint à Casablanca le  22 aout 1943, même s’il y a un fossé entre ces déclarations sincères mais quelque peu rituelles et l’engagement de combat dans l’action résistante.[7]   

            Inversement, combien de pieds-noirs d’origine corse ont-ils servi fidèlement le régime de Vichy en Afrique du Nord à des postes de responsabilité élevés. Pierre Ordioni, secrétaire de préfecture et dont les souvenirs sont relatés dans son  Tout commence à Alger faisait partie du lot avant de prendre ses distances. Lorsqu’à propos de la libération de la Corse on évoque le général Juin, fils d’un brigadier de Gendarmerie originaire du continent et établi à Bône, il faut rappeler que ce brillant officier, pied-noir d’origine, corse par sa mère, avait poussé très loin sa collaboration avec le régime de Vichy avant de se racheter dans l’exercice de ses fonctions à la tête du corps militaire français qui prit part à la campagne d’Italie. Peu de Corses en fait ont été volontaires pour accomplir des missions dans leur pays d’origine. Terry Hodgkinson relate en ces termes l’entrevue d’émissaires américains auprès d’Antoine Colonna d’Istria, cousin de Paulin, au lendemain du débarquement : «  Ils le questionnèrent sur ses relations avec les exilés corses vivant à Alger car il était  vice-président de la « société corse ». Crawford lui demanda s’il pouvait regrouper cinq ou six de ses compatriotes en qui il pouvait avoir confiance pour aller en Corse en mission secrète d’espionnage. Antoine Colonna d’Istria promit de faire ce qu’il pourrait et commença à sonder quelques personnes autour de lui. Il fut d’une certaine façon déçu par leur réaction. La majorité des Corses n’avaient pas envie de retourner chez eux dans de pareilles circonstances. »

            Par ailleurs, il serait abusif de déduire du nombre des Français d’origine corse qui ont été mobilisés dans l’armée qu’ils étaient mus par le désir d’œuvrer à la libération de la Corse de l’occupation italienne. Le colonel Jean Colonna d’Ornano, corse de famille pied-noir d’ Alger, tombé au champ d’honneur à Mourzouk dans le désert de Lybie, est régulièrement honoré comme un héros mort pour la France, même si les Corses lui font une place particulière dans leur commémoration de la Seconde Guerre mondiale et s’il fait figure pour la période de lien symbolique entre la Corse et l’Afrique du Nord. Parcourir la liste des engagés F.F.L. originaires d’Algérie ou du Maroc pour repérer la présence de patronymes corses est un exercice assez vain car il ne permet pas d’en déduire une relation significative entre l’attachement au pays d’origine et l’engagement patriotique dans le combat contre l’ennemi. La sagesse recommande de ne pas s’aventurer sur le terrain mouvant des appartenances régionales qui sont loin d’être le principal critère en la matière. On en arrive vite à l’imbroglio de la différence à faire entre l’adhésion envers « la petite » ou « la grande patrie », distinguo qui, cédant aux modes identitaires, ouvre la porte à une instrumentalisation de l’histoire.

Ceux de Pearl Harbour

            C’est bien la question qui se pose à propos de « ceux de Pearl Harbour », acteurs de l’aventure du Casabianca. Lorsque, dans les premiers jours de décembre 1942, Giraud, commandant en chef de l’armée d’Afrique, encore sous l’autorité de Darlan mais jouissant de la confiance des Alliés établis à Alger, mûrit le projet d’une opération de reconnaissance de la situation en Corse, il s’assure du concours du commandant L’Herminier, pacha du Casabianca, sous-marin rescapé du sabordage de la flotte française de Toulon. Tout naturellement il songe à sensibiliser des Corses motivés et compétents ayant une bonne connaissance du terrain et des relations sur place pour relayer leurs actions. Ainsi fut contacté par un intermédiaire sûr, Laurent Preziosi déjà évoqué à propos de son engagement dans le mouvement de résistance de novembre. Cet instituteur demeurant alors à Alger, révoqué par Vichy peu de temps après l’avènement du nouveau régime en raison de son militantisme dans les milieux socialistes, avait renoué avec ses attaches à Marseille et en Corse. Il oscillait entre ces deux pôles et s’était impliqué, sous couvert d’une activité marchande, dans la mise en place d’un réseau en Corse avant de retourner à Alger et de se lier aux résistants locaux, juifs principalement avons-nous dit. Il participa à la première expédition du Casabianca puis, débarqué en Corse, il s’employa dans la clandestinité à activer un courant résistant à la faveur de ses relations avec des socialistes corses, à un moment où le Front National animé par les communistes n’était pas encore en mesure de fédérer les patriotes. Sans revenir sur son action sur le terrain et reprendre ce que lui-même a narré de sa mission[8], nous noterons  qu’on doit voir en lui moins un pied-noir animé par le désir de secourir sa « petite patrie » d’origine qu’un homme qui, dès son adolescence, était  idéologiquement  engagé à gauche, qui avait été imprégné de l’esprit du Front populaire et qui rejetait le régime de Vichy comme attentatoire à la République. Il avait milité à Alger dans les jeunesses socialistes et, comme Camus qu’il connaissait bien, il avait écrit dans Alger Républicain. C’est un engagement de même nature qui se retrouve chez Pierre Griffi , autre Corse d’Alger, son «  compagnon d’aventure » à bord du Casabianca . Ce dernier avait fait partie des Brigades internationales et, alors qu’il était mécanicien à Alger et déjà résistant, il répondit à l’appel de Giraud pour s’engager dans une mission qui allait lui être fatale. Rappelons encore le cas d’ Etienne Lefebvre déjà évoqué, qu’on retrouve en 1943 en Corse à bord du Casabianca débarqué sur la plage de Favone, au nord de Porto-Vecchio, pour accomplir sa mission. Là encore, derrière l’engagé au service de la patrie qui reçut une solide formation de commando, se découvre le « militant » de gauche idéologiquement déterminé à se battre contre le fascisme.. Dans ces trois cas retenus parmi d’autres, nous sommes en présence de civils devenus des combattants par conviction politique avant tout.

            On sait comment Paulin Colonna d’Istria a été amené à remplacer le spécialiste en espionnage qu’était De Saule, responsable de la première mission Pearl Harbour. Cet officier de gendarmerie qui était capitaine et adjoint au général commandant la gendarmerie d’Alger,  joua très tôt le rôle d’agent recruteur au sein de la colonie corse locale où il comptait des parents et amis. Il représente  cette autre catégorie de combattants engagés sur le terrain insulaire parce qu’il connaissait le pays et qu’il était en mesure de nouer des relations avec les patriotes locaux. C’est avant tout le militaire que nous découvrons en lui, l’homme de devoir et d’honneur servant la patrie en Corse où il a été appelé à le faire comme il l’aurait fait ailleurs. Qu’il ait été honoré plus particulièrement par ses compatriotes insulaires n’y change rien, il a d’abord été un soldat de métier. On peut en dire autant de Toussaint Griffi, cousin de Pierre Griffi, bien qu’il n’ait pas suivi le même parcours. Avant 1940, il n’avait pas eu d’engagement militant. Ancien engagé volontaire, il participa à la campagne de France puis il suivit son régiment en retraite en Algérie où il entra de fait en dissidence avec le régime de Vichy au point de répondre présent au premier appel des instigateurs de la mission Pearl Harbour où il rejoignit son cousin Pierre ; il se signalera après la guerre comme un défenseur zélé de la mémoire du général Giraud, lui reconnaissant le mérite d’avoir été le libérateur de la Corse en un temps où la mémoire gaulliste tendait à l’occulter, mais lui-même continuait à se présenter comme un soldat sans s’enfermer dans l’étroit horizon insulaire. Militaire aussi mais au sort tragique dès 1943 où il fut pris et fusillé par les Italiens, l’adjudant-chef Michel Bozzi, originaire de Coti Chiavari.

            Les derniers Corses connus venus d’Alger, débarqués par sous-marin sur les côtes de l’île au printemps1943, peu de temps après le tragique épisode de la mission Sea Urchin de Fred Scamaroni sont ceux qui participèrent à la non moins tragique mission Frederick. Charles Simon Andrei, instituteur lié aux Colonna d’Istria, plus précisément à Antoine, cousin de Paulin, directeur d’un monoprix à Alger, paya de sa vie son engagement. Son chef de mission, l’anglo-belge Guy Verstaete, pris par les Italiens, fut aussi fusillé. Jean Acquaviva faisait partie de la mission mais on n’a pas retrouvé la trace d’un certain Chiappe qui se serait joint au groupe. Quelque peu occulté par la mémoire gaulliste plus encline à célébrer le martyre de Fred Scamaroni, cet épisode a été révélé par l’historien anglais Hodgkinson[9] qui a ainsi rendu justice à ces autres « oubliés de l’histoire » aujourd’hui intégrés au panthéon du souvenir des agents venus d’Alger par voie maritime pour entrer en relation avec les patriotes locaux.

La Corse dans la géostratégie de la guerre

            Vu de Corse et à l’occasion de diverses rencontres et études d’historiens, on a eu tendance à donner plus de place qu’elle n’en a eu en réalité à la Corse dans les préoccupations des politiques et des stratèges aux commandes dès le lendemain du débarquement des Alliés en Afrique du Nord. On a eu beau jeu de mettre l’accent sur la proximité  géographique de l’île par rapport aux rivages maghrébins et d’y voir une étape propice à la reconquête de la France occupée, non sans rappeler au passage les liens historiques unissant les deux bords. A se pencher de plus près sur les opinions exprimées par les grands du moment, Churchill,  Roosevelt, Eisenhower ou De Gaulle lui-même du côté français, on se rend compte que si cette perspective a été évoquée, ce fut parmi d’autres et ponctuellement, sans qu’elle reçoive quelque application de terrain de la part de ces hauts  responsables. La reconquête de l’île ne pouvait être une fin en soi pour les Alliés, non plus que la reconquête de la France plutôt conçue comme une étape dans la perspective de l’écrasement total de l’ennemi. Le choix de la remontée des forces alliées, incluant le contingent français, du Sud au Nord en empruntant la voie de la péninsule italienne après un débarquement massif des forces en Italie méridionale, s’imposa comme un moyen plus efficace que la voie corse pour porter des coups sévères aux Allemands et les obliger à dégarnir d’autres fronts.  Il faut se méfier en matière de stratégie des explications frappées du sceau du déterminisme géographique ou des options héritées d’expériences passées comme on l’a dit à propos de Giraud pour qui la reconquête de la France répondait, comme en 14, à son  slogan : « un seul but la victoire. » Avec une certaine condescendance et sans lui fournir d’appui logistique, les Alliés laissèrent  à Giraud  l’initiative et la conduite de l’opération Vésuve, ce qui ne les empêcha pas de retirer les bénéfices d’une action qui eut pour effet de libérer des renforts en hommes par suite de la mobilisation de plusieurs classes d’insulaires rassemblés à Alger puis envoyés sur le front italien. Ajoutons-y la transformation de la Corse en base aérienne d’où furent lancés des raids contre l’ennemi. De Gaulle, qui avait vu d’un mauvais œil l’opération Vésuve, s’en attribua la gloire et le bénéfice. N’en restons pas à ce propos à l’explication qui a souvent encore cours d’une initiative de Giraud qui lui faisait ombrage. En fait l’homme du 18 juin qui n’a jamais placé la libération de la Corse au cœur de ses préoccupations : comme les Anglais et les Américains il pensait que ce n’était pas là le meilleur choix. Alger affranchie de l’autorité vichyste en novembre 1942 et la Corse débarrassée de la présence italienne en septembre 1943, ont pu entretenir au niveau des représentations plus que des réalités l’impression de destins croisés, mais par la suite, les voies bifurquent. Il en restait cependant quelque chose avant le débarquement en Provence lorsque l’important contingent corse combattait dans la péninsule aux cotés d’éléments de l’armée d’Afrique avec lesquels ils partageaient des relations, des souvenirs et même des liens de parenté.

            Reste un dernier point à mettre en avant dans les rapports entre la Corse et le Maghreb au cours de la Seconde Guerre mondiale, qui a pour effet de corriger l’image d’une solidarité bilatérale où la colonie corse aurait joué un rôle déterminant entre les deux pays. La parution de l’ouvrage de Michael R.D. Foot, Des Anglais dans la Résistance, dans les passages qui concernent la Méditerranée occidentale, a permis de revenir sur l’idée reçue suivant laquelle  l’acte résistant aurait été une affaire strictement franco-française. Comme le fait remarquer le regretté J.-L Cremieux-Brilhac dans sa préface à cette étude, les Alliés ont joué  un rôle déterminant à partir d’Alger où ils s’étaient solidement installés au lendemain de l’opération Torch. Ils sont omniprésents et en position de décideurs dans la plupart des missions qui, parties d’Afrique du Nord par la voie de mer, avaient pour objectif des actions de reconnaissance à partir des côtes insulaires[10]. C’est le cas de la mission  Sea Urchin de Scamaroni et d’autres que nous avons citées, dont même celle de Pearl Harbour de décembre 1942 à propos de laquelle on a pu s’étonner de la présence à bord du canot de débarquement de l’anglais Brown, espion de service des Alliés qui détonnait à tel point dans le groupe que Griffi et Preziosi, une fois débarqués sur la plage de Topiti, le contraignirent à rejoindre le Casabianca à la nage pour retourner à Alger. Cette réalité, comme le dit bien Cremieux Brilhac a longtemps été masquée par la vulgate gaulliste peu encline à faire la part belle  à l’action des alliés dans les manifestations de résistance à l’ennemi. Il était temps  que la censure soit levée pour mesurer l’importance du phénomène. L’accent a pu ainsi être mis sur le rôle de divers services d’espionnage. Des officiers du S.O.E. et des services américains, comme Crawford  ou le franco-anglais De Guélis, en contact étroit avec Paulin Colonna d’Istria[11], se tenaient retranchés dans leur p.c de la Villa des Pins à Sidi Ferruch, siège de l’espionnage anglo-américain, où ils procédaient au recrutement de volontaires, les testaient, les sélectionnaient et les formaient aux rudiments de l’espionnage et de la clandestinité, comme cela se faisait dans les camps d’entrainement en Angleterre à l’initiative du B.C.R.A. ou du S.O.E. , avant de les « lacher » à bord de sous-marins britanniques qui prirent le relais du Casabianca. Lefebvre, Scamaroni et bien d’autres sont passés par là, quel qu’ait pu être l’acquis de leur propre expérience, car c’était un moyen pour les Alliés de s’assurer le contrôle des initiatives. C’est un aspect qui mériterait particulièrement d’être éclairci dans le cas de Scamaroni dont on dit volontiers qu’il a été envoyé en Corse par De Gaulle mais sans toujours rappeler qu’il est passé par Alger où, sans y séjourner longtemps, il n’en rencontra pas moins les agents des alliés de la Villa des Pins et en reçut des instructions. C’est sur cette note quelque peu insolite d’une intercession anglo-américaine dans les relations d’un bord à l’autre de la Méditerranée que nous mettrons un terme à ces quelques considérations qui assurément demanderaient à être mieux étayées dans le cadre d’une étude plus  approfondie.

Francis Pomponi et Antoine POLETTI

[1] Voir  Marcel Savreux, le préfet homme à tout faire de la République, Lefevre, Nice, 1977

[2] Notamment Jacques Cantier, l’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002 et Christine Levisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, Albin Michel, Paris, 1998.

[3] Misère de la Kabylie, ed. La Pléiade, Essais.

[4] Se reporter à   La première libération ; la nuit du 7 au 8 novembre 1942 à Alger, par Mme Claude Weill, Hubert Fanfani et Paul Ruff in  Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1995.

[5] C'est ainsi que Malraux appréciait la Résistance en France, avant que Jean Moulin entreprenne de la rassembler dans le C.N.R. (André Malraux. La politique et la culture. Ed. Folio Essais. 1996. p.296)

[6]  Cité par Alain Guérin, la Résistance, livre Club Diderot 1973, tome 4 .

[7]  « le groupement garde son caractère régional mais, dans les circonstances actuelles où, au même titre que sa mère patrie, la Corse reste sous le joug odieux et brutal des hordes hitlériennes et des bandes fascistes qui  voudraient l’annexer, c’est pour les Corses, au point de vue politique, une obligation morale afin d’affirmer leur indissoluble attachement à la France. Il se désolidarise nettement de ceux qui, si peu nombreux soient-ils, sciemment ou tacitement, ont accepté le servage au profit de l’Italie qui avait cru achever la France sans se battre en lui enfonçant son poignard dans le dos. Il désapprouve nettement ceux qui, si haut placés soient ils... sur le terrain politique, militaire, administratif, ont contribué à étrangler la République et à établir à la place un régime totalitaire basé sur le mouchardage et l’espionnage... Salue la part même faible des résistants corses dans la résistance d’Alger, les morts tombés et ceux fusillés à titre d’otages ou assassinés dans l’île. Donne mandat au bureau pour exprimer le fervent espoir que la foi ardente de de Gaulle qui a déjà redressé la patrie, effacera la honte de la défaite acceptée par les valets d’Hitler, redonnera à la France républicaine sa confiance et sa noble figure de grande nation et à la Corse sa fierté de demeurer française de toute son âme.

[8] L. Preziosi et T. Griffi, Première mission en Corse occupée, L’Harmattan, janvier 1988.

[9]  Auteur de Frederick : la mission oubliée.

[10] Cf. également Flottilles secrètes en Méditerranée de Sir Brooks Richard, ed. MDV.

[11] Antoine Colonna d’Istria pour sa part, avant de s’engager vraiment, avait reçu en janvier 1943, la visite du général américain Clark, organisateur du débarquement d’Alger, celle du colonel Crawford et d’un lieutenant de marine britannique.

Posté par antoine