Menu

Massacre de Nice. Communiqué de l'ANACR

Si leurs victimes étaient auparavant bien ciblées - militaires, policiers, juifs - les terroristes ont élargi le périmètre de leur crimes. Comme en Irak, en Turquie, en Syrie, au Pakistan et tous les pays où ils sévissent, les massacres à grande échelle sont dorénavant perpétrés en territoire "roumi". Pas facile de réitérer le massacre des Twin Towers de New-York avec des avions mais un camion et un seul homme suffisent à faire un carnage. Et un 14 juillet !,Le message des terroristes est clair !

De nouveau, le terrorisme contre des femmes, des hommes, des enfants,  français et étrangers, a tragiquement frappé notre pays, faisant à Nice ce 14 juillet au soir 84 morts et de nombreux blessés, dont plusieurs très gravement atteints, parmi la foule venant assister au feu d’artifice clôturant la Fête nationale.
Nous pensons en premier avec la plus grande émotion à ces victimes d’un acte ignoble, à leurs familles, à tous leurs proches auxquels nous tenons à dire notre solidarité en ces moments douloureux.
Notre indignation et notre condamnation sont totales, sans la moindre réserve : le terrorisme contre des populations civiles ne peut avoir la moindre justification, quelles que soient les idéologies politiques ou religieuses dont il se réclame et les motivations qu’il affiche.
Face à cette barbarie, la seule réponse possible est l’affirmation d’une volonté de combattre et vaincre ses auteurs et commanditaires, de les mettre totalement hors d’état de nuire.
Héritiers de la lutte des Résistants, français et étrangers, croyants et incroyants, contre la barbarie, qui fut celle du fascisme hitlérien dont notre pays et notre peuple furent avec beaucoup d’autres victimes, nous nous inscrivons dans le nécessaire combat qui doit être mené contre ses formes nouvelles contemporaines ; combat qui ne doit jamais oublier le scrupuleux et vigilant respect de nos valeurs démocratiques et humanistes, lesquelles doivent en être, tant sur le plan national qu’international, une motivation et une dimension premières et essentielles.

 Paris, le 15   juillet 2016
Posté par antoine