Menu

L' anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv'

Il a fallu attendre la présidence de Jacques Chirac, en 1995 pour que soit reconnue la responsabilité de l'Etat français dans la Rafle du Vél' d'hiv , exécutée par des policiers et gendarmes français (aidés par les militants du PPF de Doriot). Au total, ces 16 et 17 juillet 1942 plus de 13.000 Juifs (dont 1/3 d'enfants) ont été livrés par le gouvernement de Pétain aux nazis. Très peu, moins de 3 %, reviendront vivants.

La rafle du Vél' d'Hiv'

Le président Emmanuel Macron a commémoré cet anniversaire en présence du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. La rafle du Vél' d'Hiv' restera comme la plus éclatante démonstration d'antisémitisme et de collaboration du régime de Vichy avec le IIIème Reich.  Cet acte abject du régime de Vichy est enfin commémoré. Mais c'est l'occasion de souligner que sur les quelques 300.000 Juifs qui étaient en France à l'entrée en  guerre de la France, plus 3/4 furent sauvés. Le record d'Europe.
En Corse, c'est à Bastia et Ajaccio que l'évènement à été commémoré en présence des communautés juives.
Nous publions, grâce a Petru D'Orazio, leur professeur, "les documents analysés dans le cadre du "Programme d'histoire d'une classe de terminale bilingue du Lycée Fesch espérant ainsi pouvoir contrer certain discours négationniste et rafraîchir la mémoire de certains autres."

Version langue corse   Version langue française

Introitu. Petru D'Orazio

A razzia di u velodromu d'Inguernu, i 16 è 17 di lugliu di u 1942, hè a più maiò arristazioni d'Ebrei in Francia duranti a Siconda Guerra mundiali. U Guvernu francesu di Vichy, incù i so pulizzeri, giandarmi è l'aiutu di militanti di u PPF (Partitu Pupulari Francesi) di Doriot —a milizia ùn c'era ancora di lugliu di u 1942—, agguantaranu più di 13000 parsoni (unu nant'à trè era un zitellu) è manc'una cintinaia sarà soprawiventi à a fine di a Guerra. Nant'à 78000 dipurtati da Francia, solu circa 3000 anu da vultà, ma i trè quarti di a cumunità ghjudea in Francia sarà salva, a prupurzioni a più alta d'Auropa.

 



La rafle du Vél d'hiv le 16 et 17 juillet 1942 est la plus importante arrestation de Juifs en France durant la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement de Vichy, avec ses policiers, gendarmes et l'aide des militants du PPF (Pari Populaire Français) de Doriot - la milice n'existait pas encore en juillet 1942 - , arrêtèrent plus de 13.000 personnes (une sur trois était un enfant), et pas plus d'une centaine  aura survécu à la fin de la guerre. Sur 78.000 déportés de France, seuls 3.000 environ vont retourner, mais les trois quarts de la communauté juive sera sauvée, la proportion la plus élevée

STRATTU DI U DISCORSU DI JACQUES CHIRAC

Vogliu ramintami ch'è st'istati di u 1942, chì palesa a vera faccia di a «cullaburazioni», u so caràttaru razzistu, incù i leghji contr'à I'Ebrei di u 1940, chi tandu ùn lascia più dùbitu, sarà par mondi di i nostri cumpatriotti, u mumentu di u trasaltu, u parta d'un muvimentu largu di a risistenza.

Vogliu arricurdami di tutt'i famiglii ebrei parsiguitati, cacciati à i ricerchi spietati di I'occupanti è a milizia, da l'azzioni eroica è fraterna di numarosi famiglii francesi. Mi place à pinsà ch'un mesi nanzi, in Bir Hakeim (Libia), i Francesi Libari di Koenig avianu incù eruisimu tinutu, par dui simani, davant'à i divi­sioni tedeschi è taliani.


Senza dùbitu, ci so  i sbagli fatti, i man­canzi, una colpa cullettiva. Ma ci hè dinò a Francia, una certa idea di a Francia, dritta, ginirosa, fida à i so tra­dizioni, à u so estru. Sta Francia ùn hè mai stata in Vichy. Un hè più, è dapoi spessu, in Parighji. Hè ind'è a rena libiana è dapartuttu duva Iottanu i Francesi Libari. Hè in Londra, incù u Ginirali de Gaulle. Hè prisenta, una è indivisibili, in u cori di sti Francesi, sti «Ghjusti à mezu à i Nazioni» chi, in tempu di u bughju u più zeppu di a timpesta, salvendu in periculu di a so vita, com'è l'accerta Serge Klarsfed, i trè quarti di a cumunità Ghjudea di Francia, anu datu u megliu d'ella stessa. Vale à di i valori umanisti, i valori di libartà, di ghjustizia, di tulleranza chi instituiscini l'identità francesa è chi s'imponenu pà l'awena.» ■

   EXTRAITS DU DISCOURS DE JACQUES CHIRAC


Je veux me souvenir que cet été 1942, qui révèle le vrai visage de la «collaboration», dont le caractère raciste, après les lois anti-juives de 1940, ne fait plus de doute, sera, pour beaucoup de nos compatriotes, celui du sursaut, le point de départ d'un vaste mouvement de résistance.

 Je veux me souvenir de toutes les familles juives traquées, soustraites aux recherches impitoyables de l'occupant et de la Milice, par l'action héroïque et fraternelle de nombreuses familles françaises. J'aime à penser qu'un mois plus tôt, à Bir Hakeim, les Français libres de Koenig avaient héroïquement tenu, deux semaines durant, face aux divisions allemandes et italiennes.

Certes, il y a les erreurs commises, il y a les fautes, il y a une faute collective. Mais il y a aussi la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse, fidèle à ses traditions, à son génie. Cette France n'a jamais été à Vichy. Elle n'est plus, et depuis longtemps, à Paris. Elle est dans les sables libyens et partout où se battent des Français libres. Elle est à Londres, incarnée par le Général de Gaulle. Elle est présente, une et indivisible, dans le cœur de ces Français, ces «Justes parmi les nations» qui, au plus noir de la tourmente, en sauvant au péril de leur vie, comme l'écrit Serge Klarsfeld, les trois-quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu'elle a de meilleur. Les valeurs humanistes, les valeurs de liberté, de justice, de tolérance qui fondent l'identité française et nous obligent pour l'avenir.

SE NO'MORIMO

Canzona di Jean FERRAT, « Sè no' morimu » Lettera di Ethel ROSENBERG à i so zitelli. Traduzzioni di Petru d'Orazio


A
mparareti un ghjornu me figlioli amparareti
Parchi ripusemu sottu tarra
U libru lettu à mità u cantu intarruttu
È a faccenda micca compia.


Ùn piengniti più i me figlioli ùn piengniti più
U mondu sanu hà da sapè u chi di a bucia
È di a calunnia u mondu intrevu saparà
I nostri pienti è a nostra pena.



Alegru è verdu i me figlioli i me figlioli alegru è verdu
Sarà u mondu di sopra i nostri fossi
I scumpienti pianteranu a tarra fiuriscerà
Ind'è a paci fraterna.

Lavureti, custruiti i me figlioli un munimentu
Pà I'amori, a gioia u valori umanu
È à a fedi ch'avemu tinuta
Par voi i me figlioli, i me figlioli par voi.

 

SI NOUS MOURONS

Chanson de Jean Ferrat. Lettre d'Ethel ROSEMBERG  à ses enfants.


Vous apprendrez un jour mes fils vous apprendrez
Pourquoi nous reposons sous terre
Le livre à moitié lu le chant interrompu
Et la besogne inachevée


Ne pleurez plus mes fils mes fils ne pleurez plus
Le monde entier saura le pourquoi du mensonge
Et de la calomnie le monde entier saura
Nos pleurs et notre peine


Joyeux et vert mes fils mes fils joyeux et vert
Sera le monde au-dessus de nos tombes
Les tueries cesseront la terre fleurira
Dans la paix fraternelle

Travaillez construisez mes fils un monument
A l'amour à la joie à la valeur humaine
Et à la foi que nous avons gardée
Pour vous mes fils mes fils pour vous

Posté par antoine